Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 10 janvier 2011

La Résurgence

 

CW 27 10 2010 074.jpg

 

…Un bruit d’eau joueuse semble provenir de la forêt alors qu’on ne décèle à cet endroit la présence d’aucune rivière, d’aucun ruisseau. Mais c’est bien pourtant le bruit de l’eau que l’on entend, le bruit d’une eau vive. Le dernier soleil dépose çà et là des pièces d’or sur le tapis de mousse, et soudain, jaillissant de cette mosaïque verte mêlée de feu, une source apparaît. Elle naît entre deux pierres et son eau qui s’élance suit cinq directions, comme si elle dessinait la forme d’une main tendue et de cinq doigts écartés, une main ouverte, une main offerte. Les cinq filets d’eau disparaissent ensuite dans le sol, quelques pas plus loin, aussi miraculeusement qu’ils étaient venus à la lumière.

CW 27 10 2010 072.jpg

Cette source n’est pas une source ordinaire, on raconte que son eau a le pouvoir de donner l’oubli à celui qui la boit, l’oubli des mauvaises choses.

 

CW 27 10 2010 078.jpg

 

Lorsque l’un d’entre nous sait qu’il va mourir, il s’en va vers la source, seul, personne ne l’accompagne. Il faut qu’il soit seul à faire le chemin, et seul à s’agenouiller. Il vient boire l’eau de la source et aussitôt qu’il l’a bue, sa mémoire devient légère : ne restent en elle que les jolis moments et les belles heures, tout ce qu’il y a de doux et d’heureux. Les autres souvenirs, ceux qui coupent, ceux qui blessent, ceux qui entaillent l’âme et la dévorent, tous ceux-là disparaissent, dilués dans l’eau comme une goutte d’encre dans l’océan…

Les commentaires sont fermés.