Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 20 janvier 2011

Alfred de Vigny

Loches : la ville natale d’Alfred de Vigny

Comte de Loches, Alfed de Vigny ne vécut à Loches que les deux premières années de sa vie. La statue de l’écrivain, réalisée par le sculpteur tourangeau François Sicard, trône sur la place de Verdun, dans sa ville natale de Loches.

« Je suis né à Loches, jolie petite ville de Touraine… », écrivait Alfred de Vigny.

 

« Connaissez-vous cette contrée que l’on surnommée le jardin de la France, ce pays où l’on respire un air si pur dans les plaines verdoyantes arrosées par un grand fleuve ? Si vous avez traversé, dans les mois d’été, la belle Touraine, vous aurez regretté de ne pouvoir déterminer, entre les deux rives, celle où vous choisiriez votre demeure, pour y oublier les hommes auprès d’un être aimé. Lorsque l’on accompagne le flot jaune et lent du beau fleuve, on ne cesse de perdre ses regards dans les riants détails de la rive droite. Des vallons peuplés de jolies maisons blanches qu’entourent des bosquets, des coteaux jaunis par les vignes ou blanchis par les fleurs du cerisier, de vieux murs couverts de chèvrefeuilles naissants, des jardins de roses d’où sort tout à coup une tour élancée, tout rappelle la fécondité de la terre ou l’ancienneté de ses monuments, et tout intéresse dans les oeuvres de ses habitants industrieux. »

Extrait du roman " Cinq-Mars " publié en 1826







jeudi, 13 janvier 2011

La vue a retrouvé la pensée

 

La vue a retrouvé la pensée.JPG

 

Les rêves s’endorment sur les promesses des étoiles en espérant que la vérité sera dite une fois pour toutes.

La vue a retrouvé la pensée

Comment imaginer que le monde soit si aveugle qu’il ne voit pas sa chute organisée, son effondrement programmé.

La vue a retrouvé la pensée

C’est difficile à croire mais les rêves se réveillent sur la jeunesse qui se tient seule face au trou béant d’un monde qui va à sa fin.

La vue a retrouvé la pensée des rêves qui s’éveillent sur la vérité d’une fin de monde.

                                                                   

Extrait de "La Poésie dans l'Oeuf" recueil de poésies

ISBN : 978-0473-14593-4

samedi, 25 décembre 2010

La dinde au whisky : recette pour passer un joyeux Noël

La recette de la dinde au whisky:

NOTA BENE : to my english readers, this text is impossible to translate as it is based on french playwords...Sorry.

Acheter une dinde de 5kg pour 6 personnes, une bouteille de whisky, du sel, du poivre, de l'huile d'olive et des bardes de lard. Barder la dinde de lard, la ficeler, la saler, la poivrer et ajouter un filet d'huile d'olive.

Faire préchauffer le four thermostat 7 pendant dix minutes. Se verser un verre de whisky pendant ce temps là. Mettre la dinde au four dans un plat à cuisson. Se verser ensuite 2 verres de whisky et les boire. Mettre le therpostat à 8 après 20 binutes pour la saisir.

Se berser 3 berres de whisky. Après une debi-beurre, fourrer l'ouvrir et surveiller la buisson de la pinde. Brendre la vouteille de biscuit et s'enfiler une bonne rasade derrière la bravate-non-la cravate. Après une dibi-heure de blus, tituber jusqu'au bour. Oubrir la putain de borte du bour et reburner-non-revourner-non-recourner-non-enfin, mettre la guinde dans l'autre sens. Se pruler la main avec la putain de borte du bour en la refermant-bordel de merde.

Essayer de s'asseoir sur une putain de chaise et se reverdir 5 ou 6 whisky de verres,ou le contraire,je sais blus. Buire-non-luire-non-cuire-non-ah ben si-cuire la bringue bandant 4 heures. Et hop,5 berres de blus.

Ça fait du bien par ou que ça passe. Retirer le four de la dinde. Se rebercer une bonne goulée de whisky. Essayer de sortir le bour de la saloperie de pinde de nouveau parce que ça à raté la bremière fois. Rabasser la dinde qui est tombée bar terre. L'ettuyer avec une saloperie de chiffon et la foutre sur un clat, ou un blat,ou sur une assiette.

Enfin on s'en fout...Se pêter la gueule a ause du gras sur le barrelage,ou le carrelage et essayer de se relever. Décider que l'on est aussi bien par terre et binir la mouteille de rhisky.Ramper jusqu'au lit,dorbir toute la nuit. Manger la dinde froide avec une bonne mayonnaise le lendemain matin et nettoyer le bordel que tu as mis dans la cuisine la veille pendant le reste de la journée.

lundi, 12 avril 2010

Spleen

Puisque la météo fait la littérature,

Il convient d'en dresser l'exacte architecture :

 

Il fait un de ces temps propre à dormir debout,

À ne pas se tenir droit sur ses deux genoux,

 

Le fond de l'air est frais, il tombe un brouillard louche,

C'est un de ces matins où l'horizon se bouche,

 

Un jour où l'on ne peut se lever du pied droit,

Qui pèse sur le coeur comme une immense croix,

 

Oú même, ouvrant les yeux, une petite mouche,

Voyant le ciel si bas, soupire et se recouche...

 

C'est pourquoi, ne sachant comment passer le temps,

Je m'empresse à mon tour d'aller en faire autant !

 

Vous venez de lire un poème de Daniel Ancelet, retrouvez les écrits de ce poète en cliquant ICI

 

jeudi, 25 mars 2010

Chez Mélac

Depuis, plusieurs mois, je voulais mettre une note sur Mélac, Jacques Mélac, le Bistrot à vins du 11ème que je fréquentais assidûment avant que je ne découvre L'AMI PIERRE, un autre bistrot à vins tenue par ma copine Marie-Jo.

Marie-Jo a cédé son estaminet à Robin, désormais le maître des lieux.

Habitante du quartier du 11ème pendant 10 ans, je sortais de ma rue en sens unique "La rue Neuve des Boulets", et empruntais la rue Léon Frot, un premier arrêt à la boulangerie pour un croissant et un café au zinc chez Mélac.

A l'époque, je travaillais comme journaliste freelance et j'écumais le 11ème à l'affût de découvertes insolites.

C'est ainsi que j'ai écris sur Les Fameuses Vendanges du "Château Charonne"

Enfant du terroir, Jacques Mélac traine ses culottes courtes à l’angle des rues Léon Frot et Emile Lepeu avant de reprendre, en 1977, le commerce familial et d’en faire un bistrot à vins de renommées.

 

mélac.jpg

Originaire de l’Aveyron, son père achète, en 1938, un ancien cours des halles (marchand de légumes) qu’il transforme et baptise

« Le Palais du bon vin ». On y vient y remplir ses bouteilles « à la tireuse » en blanc, en rouge ou rosé entreposés dans une dizaine de grandes cuves.

Au petit matin, le père Mélac sert des cafés aux artisans du quartier : imprimeurs, tourneurs sur métaux…

Le midi, c’est l’apéro : chacun paye sa tournée et, le mercredi, le patron offre la sienne.

Aujourd’hui, les choses ont un peu changé !

C’est en tombant dans l’escalier de la cave de sa maison de Bozouls, une bouteille de chablis à la main, alors qu’il allait servir un petit kir à sa petite femme, que l’Auvergnat de Paris tire sa révèrence au monde des bons vivants.

Garcon de café, puis sommelier, le jeune Mélac décide de prendre le relais de son père.

Quelques tables, du jambon de Pays, des rillettes et des fritons ravissent les habitués qui continuent à venir chercher leur vin mis en bouteille et étiqueté sur place.

Un samedi de septembre 1979, autour d’un jeune pied de vigne de cépage Baco rapporté de son petit village natal de Bozouls, célèbre pour son « trou » Jacques Mélac réunit une poignée de copains et organise les premières vendanges du « Château Charonne ».

Vingt-six ans plus tard, les amoureux de la vigne et du vin ont toujours rendez vous, mi-septembre, au pied du bistrot, pour des vendanges colorées et pittoresques qui ont donné naissance à l’association des « vignerons de Paris » dont Jacques Mélac est le digne Président.

Quant au bistrot il est toujours ouvert cinq jours sur sept (du mardi matin au samedi soir) et propose un chois de plats et de vins plein de surprises et de caractère, à l’image de l’ami Jacques et ses énormes moustaches, certes un peu grisonnantes mais non moins vaillantes !

Depuis Septembre 2008, le « Bacchus de Charonne » vient orner la facade du bistrot.

Cette œuvre d’art sans précédent à Paris s’anime deux fois par jour, à l’heure du déjeuner et du diner. Dès l’ouverture du fut, Bacchus apparait au son des clochettes et trinque à la santé des passants chaque jour plus nombreux.

vendredi, 26 février 2010

Pelorus Jack

 

Dauphins 02.jpg
Appréciez cet animal si doux, si tendre et si affectueux.

je n'arrive pas à comprendre que les êtres humains soient si monstrueux
quand je lis des articles qui relatent les souffrances que certains leur font endurer pour un plaisir vulgaire.



Une histoire vraie, une de plus pour faire prendre conscience à ceux qui les martyrisent ô combien ils ont tort.

 

Longtemps, un dauphin appelé Pelorus Jack a guidé les
navires dans la French Pass, un mince détroit menant à
l’île d’Urville en Nouvelle Zélande. Des rochers et des courants
extrêmement forts rendent ce passage très dangereux, et des
centaines de navires s’y sont perdus corps et biens, mais jamais
quand Pelorus Jack se montrait. Les vies qu’il a sauvées ne
se comptent plus.

Une goélette attachée au port de Boston, le
Brindle, l’a aperçu pour la première fois à l’approche de la French
Pass. Le voyant danser à l’avant du bateau, des membres de
l’équipage ont d’abord voulu le tuer – heureusement, la femme
du capitaine a réussi à les en dissuader.

A leur plus grand
étonnement, le dauphin s’est alors mis à les guider au travers
de l’étroit passage. Pendant de longues années, il a continué à
le faire pour presque tous les navires qui s’y engageaient.

Son aide était si précieuse et si régulière qu’à l’approche du passage,
les équipages scrutaient la surface de l’eau afin de l’apercevoir.
S’ils ne le voyaient pas, ils l’attendaient avant d’affronter rochers
et courants périlleux.
Par une triste journée, un matelot ivre dit « le Pingouin » prit un
fusil et tira sur Pelorus Jack.

La colère du reste de l’équipage
était à son comble, et à la vue du dauphin s’éloignant dans une
traînée de sang, certains matelots étaient tout près de lyncher
le tueur. Le Pingouin a dû les aider à traverser le passage sans
l’aide de Pelorus Jack, tout comme les navires qui s’y sont
engagés au cours des semaines suivantes. Mais un jour, le
dauphin a refait surface, apparemment guéri de ses blessures.
Selon toute vraisemblance, il avait pardonné au genre humain et
s’était remis à la tâche. Toutefois, à chaque fois que le Pingouin
revenait sur les lieux, le dauphin fuyait sans demander son
reste.
Pendant longtemps encore, Pelorus Jack a ainsi escorté les
marins s’engageant dans la French Pass, mais plus jamais
le Pingouin et l’équipage dont il faisait partie.

Un jour, ils ont fait
naufrage, et nombre de passagers et membres d’équipage sont
morts noyés parce que leur navire s’était engagé sans guide dans
le périlleux passage.
L’agence de nouvelles Tass, organe officiel du gouvernement
soviétique, n’a pas l’habitude de relater des évènements
ayant un quelconque intérêt humanitaire.

Pourtant, en septembre 1977, elle a rapporté un étrange incident survenu dans la mer
Noire.

Un bateau de pêche russe s’est trouvé entouré d’un
groupe de dauphins qui semblaient vouloir attirer l’attention des
pêcheurs à tout prix.

Ces derniers ont donc jeté l’ancre.

Comme s’ils s’attendaient précisément à les voir agir ainsi, les dauphins
ont cessé leur manège et semblaient demander qu’on les suive.


Stupéfaits et curieux, les marins ont obtempéré à leur requête et se
sont laissés mener jusqu’à une bouée où un dauphin se démenait
dans un filet.

Comprenant enfin le comportement bizarre des
dauphins, les hommes ont délivré leur ami.

Par la suite, ils se sont
laissés guider jusqu’à l’endroit exact où ils avaient jeté l’ancre.


Dans ce cas-ci , les dauphins ont fait équipe avec les hommes pour
sauver la vie de l’un des leurs, mais, aussi incompréhensible que
cela puisse paraître, il arrive fréquemment qu’ils s’associent aux
hommes pour venir à la rescousse d’autres espèces, notamment
des cétacés.


Les dauphins ont sauvé tant de vies – humaines et animales
– qu’ils mériteraient assurément le titre de « sauveteurs des
mers ».

Nous devrions leur accorder ce titre, mais nous
ne le faisons pas. En lieu et place, nous ne leur offrons
qu’indifférence, voire destruction massive.

Source Dogna

 

 

mardi, 24 novembre 2009

L'essentiel est l'Amour

Utopiste : j'aimerai que tout le monde soit heureux, que la souffrance, la misère et la tristesse n’existent pas.

Humaniste : Ecrire pour aider mes semblables à chercher leur trésor en leur racontant des histoires qui. certes, les distraient mais qui leur ouvrent les yeux aussi.

Rêveuse car je garde l’espoir d’y arriver malgré tous les obstacles qui sont sur mon chemin.

Femme orchestre je fais tout : J’écris, je publie, je diffuse, j'organise mes démarches promotionnelles, je mets en place mes séances de dédicaces...

Mon originalité a du mal à se faire entendre.

Heureusement, pour moi j’ai des amitiés trés fortes qui me soutiennent et de jour en jour des mains se tendent et m’aident dans mon engagement.

Partir vivre à l’autre bout du monde s’est inscrit dans mon chemin personnel de réflexion comme une évidence sans appel.

J’écris dans mon livre “Sur l’île de Jade on y pense”

que

"Plus loin, de loin on voit mieux l’essentiel."

L’essentiel est de trouver l’Amour de la vie, la joie et la paix intérieure qui vous fait dire chaque seconde que vous êtes bien.

Trouver cet équilibre qui apporte la sérénité et plus rien ne vous affectera.

 

The main thing is Love.

I'm utopian: I like that everyone is happy. Suffering, misery and sorrow should not exist.

I am humanist: I'm writing to help my peers to seek their treasure in their telling of stories. certainly stories that entertain but they also open their eyes.
Dreamer because I still hope to achieve despite all the obstacles that are in my way.

Woman conductor I do everything: write, publish, organize my promotional trips, meetings,...

My originality is hard to be heard.

The key is to find the love of life, joy and inner peace that you say every second that you
Fortunately for me I have very strong friendships that sustain me and every day new helpful hands appear to help me in my commitment.
From live at the other end of the world has entered in my personal way of thinking as without an obvious appeal.
I wrote in my book "Sur l'île de Jade on y pense"
that
"From afar, from farthest away, we see clearly what is essential in life."

The key is to find the love of life, joy and inner peace that push you to say:
"Every second that I live I'm perfectly well. My body, my soul and my spirit are in harmony"

Finding that balance that makes serenity and nothing will affect you.




 

 

 

 

mardi, 25 août 2009

Ouessant 2009

 



Arrivée sur l'île, instantanément plongée ailleurs, entre deux mers, entre deux ères, entre deux ....
oui voilà Ouessant est mon "Entre-Deux"
Réflexions, infléxions, Fléxions...
Aucune Action
Rien que la contemplation, l'imagination.
Aucune Ambition
Rien que la Création.
contemplation de l'oiseau.JPG
Contempler l'oiseau....le vent dans le bec !
"Tu vaudras aux yeux des autres ce que tu vaudras à tes yeux."

CIMG0078.JPG
Faire lever et coucher le soleil...

CIMG0048.JPG

Et écrire .....OUESSANT

 

Ou vas-tu quand tu t’en vas ?

Un nuage passe et tu n’es plus là

Encore un autre là-bas

Sans doute es tu là

Surement très las

Avant j’entendais tes pas

Nul, ne connaitra cela

Toujours je serai là

 

 

CIMG0072.JPG
Le temps se fait plus court chaque année, dans quelques mois, je reviendrai à nouveau respirer tes flots, tes sanglots,
le 12 ème salon insulaire ouvrira ses portes et la magie des îles bretonnes sera dans les tomes, dans les hommes.




 

 

 

mardi, 21 juillet 2009

The Sun Shines

mothers day.jpg
Dessin de Melvin, à qui je dédie le poème ci-dessous

The wind blows
The flax bends
The waves sings
And the sun shines

You are here
You are there
You are around
And the sun shines

The day is short
The day is long
The day is beautiful
And the sun shines

The night is calm
The night is scented
the night is sparkling
And the sun shines
for you my love.

From Mummy



mardi, 14 juillet 2009

14 juillet à Montrichard et non pas à La Bastille

 

IMGP2435.JPG
Dans cette maison, un trésor a été trouvé et il parait qu'il reste quelques pièces d'or qui seraient
IMGP2440.JPG
sous mes pieds, discrètement j'ai approché ma valise mais le temps m'a manqué car en cette belle journée
je devais remplir d'autres fonctions.
IMGP2447.JPG
et notamment celles de ramener les écclésiastiques égarés

DSC04565.JPG

DSC04605.JPG
car le défilé avançait...

DSC04651.JPG
et les signatures s'accumulaient...
DSC04652.JPG
en fin de journée.






 

 

dimanche, 14 juin 2009

La Fête du livre de la Rue Colbert.

 

CIMG0057.JPG
Dimanche 14 juin, alors que dans le ciel, les alpha-jets de la patrouille de France passent à la verticale du terrain de Tours,

je suis à mon poste.

Et oui c'est aussi le meeting annuel sur la base aérienne de Tours, je manquerai le "joli Tango des hélicos"

Tant pis, je n'ai pas le don d'ubiquité...ce qui me plairait bien...dans une prochaine vie..peut-être!

 

CIMG0062.JPG

En attendant il y a foule.

 

CIMG0069.JPG

et il y a de l'ambiance dans la rue Colbert.

 

 

CIMG0077.JPG

et à la fin de la journée ..toutes les roses atterrissent dans mes bras....

Cela me rappellent les douces heures passées au Clos Logis 27, rue du Cygne à Tours ...Jetez un oeil au pigeonnier de cette maison historique que j'ai habité quelques années...Il devrait y avoir une plaque à mon nom ?

Dois-je en faire la demande?...lol

 

 

samedi, 13 juin 2009

La journée des Artistes à Amboise


CIMG0042.JPG
Ce samedi 13 juin 2009, les artistes envahissent les rues et les places d'Amboise. la musique emplit l'espace surtout des airs de guinguette et chacun y va de son talent pour promouvoir ses réalisations : aquarelles, huiles sur toiles, sculptures, bijoux d'art, livres ...tous les arts sont là.

CIMG0045.JPG
Je profite qu'il y a "nobody" sur mon stand pour le photographier...car les droits à l'image existent.

CIMG0051.JPG
Avec, ma charmante voisine d'en face, nous avons le fou-rire, elle essore depuis ce matin une salade (devenue une chifffonade) dans une essoreuse qui soit dit en passant est exceptionnelle et moi, en face, je vends mes "salades"...et oui des "histoires"..des nouvelles, des romans
de quoi faire rêver et réaliser que la vie est belle pour ceux qui regarde du bon coté de la route.


Si vous voulez écouter, l'enregistrement des quelques minutes que la radio locale m'a accordé

cliquez ci-dessous

podcast

DSC04040 copie.jpg
Un artiste photographe a croisé ma route, et c'est plutôt réussi.




mardi, 02 juin 2009

Journée littéraire à Loches

C 'est le lundi de Pentecôte et c'est un lundi au soleil.

CIMG0028.JPG
On aurait pu entendre le tube de Clo-Clo dans les rues piétonnes de Loches,
les bouquinistes et les marchands de disques vinyl faisaient un bel étalage nostalgique au beau milieu de cette brocante qui a attiré un grand nombre de visiteurs.
CIMG0033.JPG
La rue du château accueillait les écrivains en goguette : Alain Bobêche, Olivier Bidchiren, Crit,...
Et voilà, Messieurs, Dames, nos livres vous attendent ...On dédicace ...Approchez !

CIMG0034.JPG
Placée en face de la galerie l'Arkademia de l'artiste Bernard Tilloloy,
de belles roses me faisaient du charme et pour cause, elles cachaient l'enseigne d'un B&B qui renferme un trésor...

.

Le trésor est un escalier qui pourrait écrire bien des pages tant il en a vu... des gambettes s'appuyer sur ses marches.

Il date du XVI ème et XVII ème et il est en parfait état de conservation, magnifique.

Visitez le site pour découvrir cette demeure unique.

http://www.saintours.eu/

A quelques pas de la demeure Saint-Ours, au numéro 4 se trouve L'EntrActe,
avec ses vieux murs de tuffeau de Touraine, cette maison ancestrale s'habillent de velours tout comme les troubatours qui autrefois devaient faire résonner leurs chansons pour nous servir un diner bien mérité après cette belle journée organisée par Patrick Pierrot de la librairie Savoir Etre rue des Halles 37000 Tours que j'aurai le plaisir de retrouver le 28 juin à Amboise ou au chateau d'Azay-le-Ferron le 7 juin.

 

 

samedi, 30 mai 2009

Loude et Wood à Vizille

 

CIMG0016.JPG
Cette année, année 2009, année de la Poésie, enfin je l'ai décidé ainsi car je lance mon premier recueil de " Poétophosie"
Il se trouve que je vois des rimes partout ....
Inviter des écrivains voyageurs dont les patronymes riment ..Bravo...Les copines de la médiathèque de Vizille...
C'est fait exprès...C'est le hasard....?

CIMG0005.JPG
Jean-Yves Loude ne peut relever le stylo, les dédicaces se suivent et ne se ressemblent pas.

CIMG0018.JPG
Jean-Yves Loude et Claudie Rajon en plein sur leur île, ils voyagent à Saô Tomé au centre du monde.
CIMG0019.JPG
Monsieur Serge Gros, Maire de Vizille découvre "l'envol" pendant que j'appose une dédicace pour Evelyne Spécia adjointe à la communication et à la participation de la ville de Vizille.


CIMG0024.JPG
Les lectures vagabondes se terminent dans la bonne humeur.
La belle blonde c'est Evelyne de Barthélemy de la médiathèque de Vizille et oui on est à Vizille ...ici les particules glissent ou fleurissent ...et au premier plan de profil, vous avez reconnu Jean-Yves Loude.
Je prie les mauvaises langues de noter que j'ai un jus de fruit à la main et oui une fois n'est pas coutume de Marquise.

 

 

mardi, 03 février 2009

L'objet de sa haine est mon combat : la connerie des hommes

Le 18 Avril 1988, disparaissait ce grand Monsieur, ce grand Ami qui nous inspire tous et qui a guidé mes premiers pas de stagiaire débutante godiche, timide et admirative.

Pierre Desproges plus vivant que jamais.

Un homme d’âge mûr se sent vieillir : “l’âge mûr précède l’âge pourri” "…et oui….et le pourrissement assure la métamorphose de la matière en micro-orgasnismes.

"La mort est inévitable, la vie est courte, pourquoi alors agissons-nous de façon absurde ?."...question toujours d’actualité, aux dernières nouvelles les recherches ont reprises mais il s’agirait d’une fausse piste à suivre …

"L'amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font. A partir de quoi il m'apparaît urgent de me taire. " ….et Mac Cain arriva avec ses frites retrouvées au fond d’un vieux cornet en carton.

"L'intelligence, c'est le seul outil qui permet à l'homme de mesurer l'étendue de son malheur". C’est pourquoi j’envisage d’essayer de devenir stupide pour les 50 prochaines années.

En attendant, je suis allée prêcher la bonne parole à la Desproges sur Ouvéa devant un auditoire attentif.

1439291874.jpg

 Intervention au collège Guillaume Douarre à Ouvéa - Nouvelle- Calédonie 

Le vent vient des îles, des îles loyautés : 

 Lifou : l’île aux multiples visages

Maré : l’île qui parle à votre cœur

Ouvéa : l’île la plus proche du paradis

Mais avant le paradis, il y a ….les épreuves ……de la pluie,

894423977.JPG

le déluge d'une pluie tropicale

 

 

Et quand le soleil brille à nouveau.......... on crève...!

(à méditer)

 

485085004.JPG

Bien usé le pneu, il a fait son temps le pépère !

 

«L'homme de culture doit être un inventeur d'âmes »….et un symbole d’espoir
Aimé Césaire

1971360312.JPG
Aux portes du paradis, les hommes de culture se retrouvent et inventent les âmes pour garder l’espoir.

Aimé Césaire, l’homme politique, l'écrivain, le poète, l'essayiste et l'auteur de théâtre martiniquais s'en est allé le 17 avril 2008 à l’âge de 94 ans en nous laissant l’essentiel : « L’art poétique »

La rime de ses combats : le colonialisme et le racisme.

Passez une bonne journée malgré l’émotion de ce double hommage et n’oubliez pas 

C'est aussi Poppy Day, "ces féroces soldats qui font rien qu'à mugir dans nos campagnes"

et qui sont morts rien que pour faire fleurir les coquelicots !

811415735.2.png

Joli coquelicot .....Mesdames.....à porter à la boutonnière...

en souvenir de cette guerre monstrueusement meurtrière.

 

 

 

 



 

 

mercredi, 28 janvier 2009

Le Tarmac

-affiche_11sept_Paris_A4.jpg
Comme le dit l'affiche ci-dessus, en septembre dernier j'ai dédicacé au Tarmac
chez mon amie Dominique Meillon
CIMG0018.JPG
J'aime cet endroit déjà pour le nom :  TARMAC.....quand on est férue d'aviation...l'évidence tombe.
C'est un lieu convivial où j'aime passer mes après-midi, à écrire, sur le coin d'une table, en observant les passants
qui se pressent, vers la Gare de Lyon.
CIMG0025.JPG
Le photographe du miroir est François Martini...( il y a un lien dans le blog'amis le concernant)
CIMG0016.JPG
Le Tarmac c'est aussi et surtout une équipe sympa qui entoure Vincent Meillon.
 Cuisine et Musique sont les 2 passions de Vincent.
Vincent croque dans sa musique avec gourmandise

samedi, 03 janvier 2009

Se Voir Le Plus Possible

055.JPG

Se voir le plus possible et s'aimer seulement,
Sans ruse et sans détours, sans honte ni mensonge,
Sans qu'un désir nous trompe, ou qu'un remords nous ronge,
Vivre à deux et donner son cœur à tout moment;

Respecter sa pensée aussi loin qu'on y plonge,
Faire de son amour un jour au lieu d'un songe,
Et dans cette clarté respirer librement -
Ainsi respirait Laure et chantait son amant.

Vous dont chaque pas touche à la grâce suprême,
C'est vous, la tête en fleurs, qu'on croirait sans souci,
C'est vous qui me disiez qu'il faut aimer ainsi.

Et c'est moi, vieil enfant du doute et du blasphème,
Qui vous écoute, et pense, et vous réponds ceci:
Oui, l'on vit autrement, mais c'est ainsi qu'on aime.
Alfred de Musset

jeudi, 06 novembre 2008

Welcome in New Zealand

 

La Nouvelle Zélande est un pays où la Nature domine encore, mais jusqu’à quand ?
Le 100% pure New Zealand commence à être de moins en moins vrai.
Cependant cela reste un argument touristique fort même si la pollution gagne du terrain chaque année.
Beach11.JPG
La Nouvelle-Zélande : c’est des kilomètres de plages désertes sans déchets
mais les élus sont obligés d’organiser des journées “Beach Day”
pour maintenir au mieux cette réputation.
21.JPG
Bleu comme le ciel et la mer...
CIMG0132.JPG
Sur la plage ensoleillée, coquillages ...et crustacés...
Melvin janv08 (10).JPG
Petits crabes ...pour grandes marmites...
nz pictures 071.jpg
Ça barbote pas mal... par ici!
CIMG0135.JPG
Et ça picore dure...par là!
dunedin2 031.jpg
Qu'est-ce que tu dis Léon ?
Je dis "Reviens"
nz pictures 063.jpg
Oh! Marius... "Tu me fends le coeur"
nz pictures 065.jpg
C'est ça! ...Va sur ton rocher...
La mouette cropée.JPG
Et raconte tes misères à La Mouette...
CIMG0199.JPG
Enfin, un peu de tranquillité...
nz pictures 092.jpg
Et de calme...
last photos 117.jpg
La mer, la plage, le soleil...tout ça, rien que pour moi...
31.JPG
Et du bois, pour une petite flambée...
18.JPG
Voyez-vous la tortue ?
IMGP1131.JPG
Pendant que vous cherchez, je vais à la plage.
IMGP1136.JPG
Vous avez trouvé...
 Trop tard, je suis déjà dans l'eau...
CIMG0221.JPG
Après la plage, une balade en forêt...
Matai1.JPG
Avant que le soleil se couche...
CIMG0247.JPG
...sur les fougères dorées.
CIMG0260.JPG
Les fougères sont grandes et les bateaux sont loin...
CIMG0052.JPG
...prenons le raccourci du torrent...
nzap6.jpg
...qui passe par le montagne...
CIMG0036.JPG
Le paysage est beau aussi.
 
CIMG0061.JPG
Et ça va nous faire les gambettes.
CIMG0096.JPG
Mais, ça rallonge quand même...
arrowtown water.JPG
Tant pis...le paysage est trop beau... regarde !
MAvora Lakes 2.JPG
la nature est narcissique,
CIMG0037.JPG
elle se mire,
Lakes Mirror 3.JPG
Dans les reflets de l'eau claire.
Nelson Lakes National Park.jpg
On n'est pas monté un peu trop haut ?
Si, on va redescendre par la route.
CIMG0048.JPG
Sur la route verglacée,
il y a des keas ( perroquet vert) et pas de poulet..lol
dunedin2 020.jpg
Ah! ça se radoucit ...tant mieux...je commençais à me geler.
dunedin2 024.jpg
Oh! Je n'en peux plus on a fait le tour de l'île en un temps record.
5.JPG
  Chic, une "2 CV" ( c'est la dernière fois que j'emmènne une blonde en balade)
havelock marina 2.jpg
Allez, on rentre en bateau, ils annoncent...
Milford 13.JPG
...des embouteillages...
Good Bye....
Cela vous a plu cette petite balade en pleine nature ?
 
n
Prochainement,  je vous sors en ville et bientôt, on se déguise …
Le Grand Carnaval de Nelson se prépare.
 
 
 
martine 021.jpg
En attendant regardez le soleil couchant qui part comme une fusée vers l’autre hémisphère.

lundi, 06 octobre 2008

Dernières Balades

avant de repartir aux antipodes de la France,
je profite d'un doux climat d'automne pour me réjouir de mes dernières promenades.
CIMG0182.JPG
Le génie de la Bastille aperçu en compagnie de Ludivine Laubrienne
qui racontait l'histoire bouleversante et étrange de sa correspondance
avec le commissaire Max Grandjean d'Hangour. 
CIMG0169.JPG
 Le Clos Lucé, mon monument préferré.....
CIMG0005.JPG
La Basilique de Notre-Dame de la Chapelle-Montligeon a été construite par M. Tessier, architecte à Beaupréau.
Commencée en 1896, elle a été achevée en 1911.
L'allure est majestueuse.
 La belle pierre en calcaire du Poitou commence à se patiner sous l'effet du climat humide, ce qui donne un peu de variété à l'éclatante blancheur primitive. Les deux flèches qui surmontent la façade paraissent légères alors qu’elles mesurent 60 mètres de hauteur.
CIMG0003.JPG
Cathédrale Notre-Dame de Paris
cliquez pour écouter la messe de requiem et l'hommage à Soeur Emmanuelle qui est une personne que j'admire.
Elle a souvent fait référence à Pascal et j'aime aussi les Pensées de Pascal
notamment celle-ci :  C'est être malheureux que de vouloir et ne pouvoir.
CIMG0039.JPG
Dernier clin d'oeil sur les Champs Elysées avant de prendre l'avion.

mardi, 19 août 2008

Poétophosie sur l'Ile d'Ouessant

 

 

 

J'aime les îles, cela n'est pas une nouveauté.

J'aime Ouessant ceci n'est pas une nouveauté non plus.

Les Iles sont au Monde ce que sont les cellules pour le corps humain. 

La cellule est un système hautement complexe qui est le siège d'intenses échanges d'énergie et qui présente de vastes surfaces d'interphase.

Comme tout être vivant, elle assimile, grandit, se multiplie, et meurt.

En ce qui me concerne, j'ai fini de grandir mais pas de grossir LOL, (j'ai un super régime infaillible).

 Je ne me multiplie plus, non, deux fois c'est bien.

Il me reste à assimiler avant de mourir...

Mais que dois-je donc assimiler déjà ?

Ah la mémoire ( vite du phosphore, du poisson quelque chose pour éviter que j'oublie le prénom du Docteur Alzeihmer...)

Ah Oui, c'est cela il me faut assimiler la mémoire des Iles

Les Iles comme les cellules sont amenées à disparaître....

cependant il y a une grande différence qui se mesure en temps :

 La durée de vie est nettement plus longue pour les îles que pour les cellules, enfin je crois car avec l'épidémie de tsunamis..

il y a du souci à se faire...enfin pour l'instant respirons l'air du large.

Je puise, entre autres,  mon inspiration dans le vent salé qui caresse mon esprit et revigore mon imagination

pour créer des néologismes comme

POÉTOPHOSIE : mise en photo et en poésie de souvenirs.

 

CIMG0040.JPG
Dans la brume se détache, une forme familière qui me rassure...
C'est un Far Breton....bien sûr...
CIMG0041.JPG
Quiétude et sérénité d'une maison ouessantine. écrin naturel au bonheur tranquille...
La lessive est bien faite, étendue, elle sèche.
CIMG0045.JPG
Muse ....est ....L'echo .....Ecomusée
CIMG0055.JPG
Les petites maisons ouessantines posées comme des bonbons sur la nougatine attisent la gourmandise des yeux
CIMG0064.JPG
Quand je vous dis que la Nature me parle...à vous aussi, non!
CIMG0065.JPG
Vous voyez, ce que je vois....si la réponse est non, je vous conseille quand même de consulter.
CIMG0071.JPG
Mère je suis à vos lèvres...Mer je suis à vos vagues.
CIMG0094.JPG
Silence ! J'écoute le murmure de vos coeurs d'enfants, de vos coeurs d'amants...
CIMG0095.JPG
So far away ......so Phare, dans la nuit tu es mon guide pour aborder les contours,
les rivages de ton île qui m'attire en un magnétisme secret non expliqué. 
CIMG0116.JPG
La lande, la Bruyère et les caractères ...
CIMG0119.JPG
Rien à dire...face au sourire de la Nature
CIMG0082.JPG
Not so Far...si l'on regarde avec des phares...tout près Même.