Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 04 septembre 2010

Petit Pierre et Cousin Eloi

 

Juchés sur la chaise de bois

Revêtue d’un coussin tissé,

Petit Pierre et Cousin Eloi,

Ont des idées bien arrêtées.

 

Le but, ce sont les confitures

Cachées ici par imprudence.

De bonnes confitures de mûres

Qui attendent désobéissance.

 

En équilibre l’un et l’autre

Sur les coussins bien empilés

Nos deux coquins Pierre et son hôte

Tâtent des mains, l’objet rêvé.

 

Ils scrutent des yeux l’armoire

Ou mieux, ce qu’il y a dessus.

Ils sentent déjà la victoire

Qui leur fera manger le but.

Mais trop petits, ils vont poser

Sur la chaise, deux coussins de plus,

Espérant ainsi attraper

La gourmandise tant voulue.

 

Alors, qu’il crut tirer le pot

Rempli à ras de confiture,

Pierre tira à lui le broc d’eau

Qui se brisa, à l’imposture !

 

Enfants gourmands

Petits goulus.

Demandez donc à vos parents

Avec politesse moulue

De placer bas, objets tentants.

 

 

 

 

 

 

 

jeudi, 26 mars 2009

La Pensée de L'année 2009

044.JPG

Izan gabe eman dezakegun gauza bakarra da zori ona.
A sola cosa chi si po da senz'avella e a felicita
Bene è a sola cosea che podemeo dare senza averlu.

Le bonheur est la seule chose que nous puissions donner sans l'avoir.




vendredi, 09 janvier 2009

La Poésie dans L'Oeuf

 

book.jpg
ISBN 978-0-473-14593-4

2009, ça rime avec oeuf, je ne pouvais pas laisser passer une si belle occasion de me faire plaisir. Je me suis offert le luxe d'une petite fantaisie poétique que vous découvrirez en juin prochain au Marché de la Poésie qui aura lieu du 18 Juin au 21 juin 2009, place Saint-Sulpice à Paris et en août au Salon du livre insulaire d'Ouessant qui se déroulera du 19 Août au 22 Août 2009.

 

 

vendredi, 25 janvier 2008

Allons voir dans le nid...

J’aurais pu naître avec une cuillère d’argent à la bouche ou un œuf à la main, et non c’est avec une plume (de poule sûrement). Longtemps je l’ai mise sur l’oreille comme les marchands de quatre saisons font avec leur stylo, et puis manque de bol, ou grand bien m’a pris, j’ai attaqué la feuille blanche.

Toujours avec délice, je la noircis de haut en bas et pas question qu’elle se froisse, c’est pour un livre et oui encore un.

Je suis une « poule pondeuse », qui vient de déposer un oeuf tout chaud.

Le tout frais pondu, dernier de l'an 2007, et que vous découvrirez au printemps 2008, a pour titre « L’envol » : c’est un récit autobiographique qui vous emporte en Océanie. Une fois n’est pas coutume, je vous raconte quelques bribes de mon existence et je vous emmène avec moi.

Tout d’abord à Tahiti et à Moorea en Polynésie française, puis en Nouvelle-Calédonie pour un tour de la Grande Terre, circuit qui vous prépare à la suite de l’aventure. Celle-ci continue en effet en Australie, avec quinze mille kilomètres parcourus dont deux mille sept cents kilomètres dans le désert, et elle se termine en « Aotearoa », le « pays du long nuage blanc », nom maori de la Nouvelle-Zélande où je vis, et où j’écris.


Si vous voulez bénéficier de la promotion « les œufs frais » et acquérir la nouveauté avant que celle-ci rejoigne la grande distribution, il vous suffit de m’envoyer un mail et mon dynamique service commercial franco-néo-zélandais se fera un plaisir de vous les livrer sur un plateau.

samedi, 12 janvier 2008

J'aime les oeufs

Autant que vous le sachiez tout de suite, j’ai un défaut majeur, j’aime les poules, les petites gallinettes parce qu’elles pondent des œufs (ne pas confondre avec galipettes).

Je sais c’est d’une banalité déconcertante.

J’ai une très grande admiration pour l’œuf, pour la perfection de l’œuf. Evidemment, j’aime la perfection ou ce qui semble parfait à mes yeux. J’aime ce qui est beau et bon. L’œuf est parfait. C’est mon aliment favori, il offre un bon apport nutritionnel en protéines complètes et en vitamines D, B2 et B12, c'est une excellente source de choline, un puissant antioxydant, et ce à un coût modique. La qualité protéique de l’oeuf est telle qu'on l’utilise comme aliment de référence pour évaluer la qualité des autres protéines alimentaires. L’œuf se prépare de mille et une façons, seule votre imagination met une limite au nombre de recettes.

Ce n’est pas Michel Bridenne et les auteurs de « L’Oeuf dans tous ses états » qui me contrediront, d’ailleurs à ce propos que celui ou celle qui a gardé mon exemplaire dédicacé me le rende : c’est un souvenir. Je suis « gourmette » et gourmande, j’aime cuisiner, surtout les œufs, et mes enfants aussi aiment le cuisiner. La poule nous fait un vrai don en pondant, en plus elle chante pour nous avertir de la livraison : j’aime l’idée du don enchantant. L’œuf est en plus, un aliment prêt à consommer et de garde. La poule est le seul animal à nous offrir autant. La vache donne bien son lait, du moins on lui prend. Il faut la traire, tandis que la poule... Pour une feignasse comme moi, je tends la main et hop en omelette, au plat, à la coque, dur, mollet, brouillé… C’est fantastique, rapide, simple et bon. Il voyage facilement et pour les maladroits, il suffit de le transporter dur. Il est idéal, je vous dis, d’ailleurs ce n’est pas pour rien qu’on le retrouve sur les comptoirs en zinc de nos estaminets, un petit creux ou besoin d’éponger, l’oeuf est là.

La poule pond toujours des œufs parfaits, parfois dans sa générosité, elle met deux jaunes. Je ne sais pas si vous y avez pensé, mais la poule avec son air un peu bêta, pond une forme parfaite, symbolique et métaphorique et jamais une erreur : c’est hallucinant. L’œuf est un sujet exceptionnel pour les dessinateurs mais pour les écrivains aussi. Tout naturellement vous retrouvez dans tous mes livres une expression qui parle soit de la poule, soit de l’œuf, ou une anecdote à propos de mes poules chéries. C’est ma façon à moi de rendre hommage à ce volatile insuffisamment considéré puisqu’on le met dans « une basse-cour ». La poule comme l’œuf mérite une prière, un poème, un livre, une chanson… ah c’est fait la chanson  : « et viens poupoule… et viens ».

Je dois quand même vous rappeler que « femme » en argot se dit «poule» et en anglais « pull » veut dire... vous le savez !… Donc, non, ne tirez pas sur l’ambulance, ni sur les poules, elles sont beaucoup moins bêtes qu’elles en ont l’air puisque nous nous posons toujours la question depuis des millénaires, depuis que l'homme écrit :

Lequel a été créé en premier, l'oeuf ou la poule ?

vendredi, 11 janvier 2008

Poule pondeuse

71ffbdc10a65d5794d163d01fcac57aa.jpg